Aujourd'hui,
URGENT
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  
Sport: le Burkinabè Sita Sangaré nouveau président de la Commission de Futsal et de Beach Soccer de la CAF. 
Burkina: les agents de santé à base communautaire traînent 12 mois d'arriérés de salaire. 

Photo d'archives

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré s’est prononcé à l’issue du Conseil supérieur de la Défense nationale (CSDN) tenu à Ouagadougou le 23 mai 2020 sur la situation à Tanwalbougou où 12 présumés terroristes interpellés ont trouvé la mort.

«Au-delà du fait d’abord que ce sont des questions qui sont dans une procédure judicaire, nous avons demandé une enquête judiciaire et une enquête administrative dont nous espérons avoir les résultats sur la base desquels les décisions seront prises sans état d’âme», a déclaré le président du Faso. Pour Roch Marc Christian Kaboré «c’est une situation inacceptable, parce que nous avons un devoir de veiller à la sécurité et à la vie des personnes».

Le chef de l'Etat a aussi appelé à éviter le repli identitaire et la stigmatisation. «La stigmatisation est un mal dont nous devons nous départir. En même temps, un autre mal qui nous guette, c’est le repli identitaire. Ce sont deux questions que nous devons savoir résoudre avec tout le tact et toute l’intelligence nécessaire pour le vivre-ensemble», a-t-il souligné.

Il a par ailleurs invité les populations à avoir foi en la justice, à faire confiance en l’Etat de droit, et à éviter de se victimiser. Il a lancé un appel pour que chacun travaille à ce que la vérité éclate pour l’intérêt de tous les Burkinabè. «Ce n’est que de cette manière que nous travaillerons à rétablir l’équilibre qu’il faut, l'unité et la fraternité qu’il faut entre les Burkinabè et entre les ethnies de notre pays», a-t-il ajouté.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Rien n'a été trouvé!

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé