Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération

TRIBUNE

Le bilan macabre s’alourdit. De jour en jour. Le Burkina Faso et les Burkinabè ne doivent toutefois pas céder au fatalisme. Ce pays et ses habitants ont toujours  su faire preuve d’une extraordinaire capacité de résilience quelque soient les adversités.  Le terrorisme ne doit point nous faire courber l’échine ou oublier nos valeurs qui  fondent notre identité. Au regard de la recrudescence des attaques, il appartient aux différents acteurs de prendre la pleine mesure de la menace pour une thérapie appropriée. Les communautés sont acculées dans leur dernier retranchement. Plus de tergiversations. La résistance populaire organisée s’impose. Le temps presse.

Depuis 2015, le Burkina Faso   fait face à des attaques parfois revendiquées par divers groupes armés sur une grande partie du territoire.  En 04 ans, ces groupes ont pu étendre leurs activités au Nord, à l’Est, au Centre-nord et dans une certaine mesure à l’Ouest et au Sud du pays.  Le basculement de l’Etat islamique vers l’Afrique de l’Ouest après sa défaite  en Irak et en Syrie dans le but de créer un califat dans cette partie du continent vient compliquer la situation au Burkina Faso.  L’engagement des Forces de défense et de sécurité (FDS) pour contrer le phénomène terroriste connaît aujourd’hui des limites objectives.

En dépit des énormes ressources investies, les succès engrangés restent insuffisants pour mettre fin aux attaques.  Du reste, ces attaques ciblent de plus en plus les communautés ethniques et religieuses. Conséquences,  à ce jour le pays compte plus de 300 000 déplacés internes. C’est énorme et inadmissible !  Cette situation s’explique entre autre  par le fait que les FDS rencontrent des difficultés à se déployer en permanence sur l’ensemble du territoire.  Aussi, la collaboration entre  FDS et populations dans certaines localités ne permet pas de mener des actions efficaces sur le terrain.  De jour en jour, le phénomène terroriste gagne du terrain  menaçant ainsi l’intégrité du territoire national. 

Certaines zones sont sur le point d’être administrées par des groupes armés qui  imposent des taxes aux populations.  Face à la persistance de la menace et conscientes des difficultés que les FDS rencontrent pour assurer leur sécurité, les populations manifestent de plus en plus leur volonté de disposer d’armes à feu pour défendre leur terroir.  Il ne faut guère se leurrer. L’armée à elle seule ne peut vaincre cet ennemi invisible aux funestes desseins. 

Nul besoin de revenir sur  l’inadaptation de la stratégie et des tactiques des FDS face au phénomène terroriste, de l’absence d’une stratégie nationale de lutte contre le terrorisme ou encore sur le non respect des textes relatifs aux zones de compétence des forces (armée, gendarmerie et police) sur le territoire.  Ces faiblesses sont constatées pendant que les menaces elles, s’amplifient. Il en est ainsi de la forte capacité de recrutement des groupes terroristes dans des environnements présentant des similitudes ethnique, sociale et religieuse au sein des populations locales,  de la capacité de dissimulation des terroristes au sein des populations facilitant leur mobilité, des remous politiques et sociaux,…

Le pays ne sombrera pas

Face à une situation qui dégénère de jour en jour et devant l’envahissement progressif du pays,  que faudrait-il faire ? La résistance populaire organisée s’avère une impérieuse nécessité.  Pour venir à bout du phénomène et stopper toute velléité d’occupation d’une partie du territoire, il faut rapidement travailler à la mobilisation des forces traditionnelles par le volontariat.  Cette participation doit comprendre non seulement la recherche du renseignement mais aussi la défense armée des localités que les FDS ne peuvent couvrir  en permanence. 

Chaque volontaire recruté devrait agir en qualité d’auxiliaire pour la défense de son village/secteur. Ces volontaires doivent être régis par un règlement de discipline spécifique émanant de l’état-major de l’armée de terre. Au regard du rôle qu’ils doivent jouer, ces volontaires doivent être sous la tutelle technique du ministère de la Défense. Le chef d’état-major de l’armée de terre (CEMAT) ainsi que le commandant de chaque région militaire pourront assurer le commandement opérationnel et tactique. 

Les anciens CDR, les pionniers, les FDS retraités, les membres d’associations ou d’initiatives locales de sécurité  et tout citoyen burkinabè de bonne moralité désireux de défendre la patrie, peuvent être mobilisés à cet effet. Mais toute initiative  devrait obtenir l’approbation des populations et personnes ressources des villages ou secteurs concernés.  Il faut éviter qu’il y ait des infiltrations ou des dérives qui vont ternir rapidement l’image de ces auxiliaires des forces de défense.

Tout en oeuvrant à la montée en puissance des FDS, le gouvernement devra réfléchir à l’ensemble des mesures à prendre (primes, dotation en matériels, formation,  déploiement, prise en charge sanitaire,…) pour que la contribution des volontaires puisse être efficace dans la lutte contre le terrorisme. Ce travail doit impliquer de nombreuses entités comme l’Agence nationale de renseignement (ANR), les structures spécialisées de renseignement,  le ministère de la défense, le ministère de l’administration territoriale,…

Toutes les précautions doivent également être prises pour que ces auxiliaires des forces de défense et de sécurité, à recruter sur la base du volontariat et sans tenir compte de l’appartenance politique, ethnique, religieuse, ne deviennent pas des milices  s’adonnant à des exactions sur les populations.  Il faut donc prévoir un programme de démobilisation en amont.  Le Burkina Faso est dans l’œil du cyclone. Mais le pays ne sombrera pas. Ses fils et filles sauront répondre « présents » à l’appel de la patrie. 

Jérémie Yisso BATIONO

Enseignant chercheur

Ouagadougou

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé