Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

TRIBUNE

Dans cette tribune, Philippe Le Houérou Général d’IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale apporte sa lecture sur la situation de l’entreprenariat en Afrique et comment faire pour faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs sur le continent.

Alors que les initiatives entrepreneuriales s’accélèrent dans un grand nombre de pays en développement, démarrer une entreprise en Afrique relève toujours du parcours du combattant. Les créateurs d’entreprise font face à un manque de capitaux, à une insurmontable bureaucratie et n'ont souvent personne vers qui se tourner pour obtenir des conseils.

D’après une nouvelle étude d’IFC, les jeunes pousses du continent africain n'ont recueilli que 556 millions de dollars auprès des investisseurs en 2017 (contre 7 milliards de dollars en Inde). Le nombre d'incubateurs et d'accélérateurs de startups n’y est aujourd’hui que de 440, comparativement à 314 il y a deux ans. L'étude a également révélé que cinq villes africaines - Accra, Le Caire, Le Cap, Lagos et Nairobi – attirent 84 % des fonds investis alors qu’elles n’accueillent que 22 % des startups du continent. Les startups des autres villes manquent donc cruellement d’accès aux financements.

Alors que 100 des entrepreneurs africains les plus prometteurs se réunissent ce week-end à Sharm El Sheikh en Égypte, aux côtés des gouvernements et des institutions financières du continent, la question que tous se posent est « Comment accélérer le développement de l'entreprenariat en Afrique ? »

Une partie de la responsabilité incombe aux gouvernements. Les fonctionnaires doivent soutenir le développement de ce que l’étude réalisée par IFC appelle les "sociétés expérimentales" ; c'est-à-dire des lieux qui encouragent la prise de risques et ne punissent pas l'échec. Sur le plan pratique, cela signifie qu'il faut réduire la bureaucratie et faciliter la création de jeunes structures. Qu'il faut réformer les lois sur les faillites, de sorte que si les entrepreneurs échouent, ils n'aient pas à s'endetter à vie.

Les gouvernements et le secteur privé peuvent également soutenir le financement du démarrage d’une activité en créant des fonds public-privé et en mettant au point de nouveaux instruments pour réduire les risques encourus par les nouveaux investisseurs. Les gouvernements peuvent aider en investissant dans les infrastructures technologiques, comme l'Internet à haut débit, et en encourageant la concurrence dans des secteurs comme les télécommunications et les transports, qui ont toujours été dominés par une poignée d'entreprises.

Il est important de noter que pour développer l'esprit d'entreprise, nous devons également veiller à ce que la moitié de la population ait les mêmes chances d’entreprendre. Nous devons trouver des moyens d'encourager davantage de femmes à créer leur entreprise. Selon la dernière édition du rapport de Global Entrepreneurship Monitor consacré aux femmes, pour plus de 75 % des femmes d'Afrique subsaharienne, ce n’est pas la peur de l’échec qui les freinent à se lancer, alors qu’elles ne sont que 57 % des femmes en Europe, en Asie et dans la région MENA. Cela signifie qu’en Afrique, elles seraient beaucoup plus nombreuses à prendre le risque de créer une entreprise, mais que de nombreux facteurs tels que les lois discriminatoires ou les pratiques culturelles les découragent.

L'Égypte est un exemple représentatif de pays qui s'efforce de développer l'esprit d'entreprise. Les autorités y ont récemment adopté la toute première loi sur l'entreprenariat qui facilite la création d'entreprise. Elle a également mis en place un réseau de bureaux où les futurs entrepreneurs peuvent obtenir des conseils gratuits. 

Bien évidemment, encourager l'esprit d'entreprise n'est pas du seul ressort de l'État. Les entrepreneurs chevronnés doivent également partager leur réussite en agissant comme mentors et investisseurs pour les jeunes startups. Une étude récente d'Endeavor, une organisation mondiale d’entrepreneurs, a révélé que les entrepreneurs les plus performants étaient davantage réceptifs au partage de connaissances, à l’accompagnement ou aux investissements provenant d'autres entrepreneurs plus expérimentés qui ont réussi.

Les entreprises innovantes à croissance rapide créent des emplois. Elles apportent également des solutions à des problèmes de développement récurrents, en amenant l’électricité dans les foyers africains, en leur facilitant l’ouverture de comptes d'épargne et en leur assurant un meilleur accès aux soins.

Au Kenya, M-Kopa est l’exemple type d'une startup qui fait la différence. L'entreprise construit des systèmes d'énergie solaire de taille réduite conçus pour un usage résidentiel. Dans un pays où 25 millions de personnes ne sont pas connectées au réseau électrique, elle fournit de l'électricité et un accès à Internet à 600 000 foyers.

Cette semaine, nous célébrerons le rassemblement des jeunes entrepreneurs à Sharm El Sheikh. Mais le continent est rempli d'innombrables autres talents qui fourmillent d’idées. Si nous pouvons encourager un plus grand nombre d'Africains parmi les plus brillants et les plus prometteurs à créer des startups, puis les soutenir comme il se doit, nous aurons alors bien plus de succès à partager. Ces entrepreneurs créeront des marchés, des emplois et des opportunités dont les populations africaines ont tellement besoin.

 

Philippe Le Houérou est le Directeur Général d’IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale et plus importante institution internationale d’aide au développement au service du secteur privé.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé