Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

Ph: Futura-sciences

SOCIETE

Le Burkina Faso commence à faire voler des Bayraktar TB2, drones armés de fabrication turque, commandés il y a un peu plus d’un an. Le Burkina est le troisième pays de la sous-région à s’équiper de ces drones, après le Togo et le Niger. Il espère ainsi accroître ses capacités dans la lutte contre le terrorisme.

Selon une source sécuritaire, deux drones ont commencé leur rotation dans l’ouest du Burkina Faso. D’autres sont attendus dans les mois à venir. D’après plusieurs analystes, ils décollent d’une base aérienne, construite à partir de janvier à Bobo-Dioulasso.

L’état-major burkinabè n’a pas souhaité commenter ces informations, mais d’autres sources sécuritaires dans la région confirment la formation en ce moment même, en Turquie, de Burkinabè dans les domaines du pilotage et de la maintenance. 

Avec ces drones, Ouagadougou augmente ses capacités de renseignement et d’intervention. Le pays s’autonomise aussi par rapport à la chasse française, dont l’appui a parfois été nécessaire lors d’opérations anti-terroristes.

Certains observateurs s’inquiètent néanmoins de l’usage qui sera fait de ces drones. « Il faut une chaîne de renseignement et d’interprétation très solide », explique l’un d’entre eux.

Au Togo, au mois de juillet, une frappe aérienne a provoqué la mort de plusieurs enfants. Le ministère de la Défense a reconnu une erreur commise par un « aéronef ». Des organisations de la société civile ont demandé une enquête.

RFI