Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

SOCIETE

Il y a eu des exécutions extrajudiciaires à Tanwalbougou, dans la région de l’Est du Burkina Faso, le 30 juin 2020. Ce c’est qu’affirme le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), qui relate que «certains éléments des forces de défense et sécurité (FDS) ont exécuté froidement 7 personnes sur les 12» qu'ils avaient «enlevées» la veille chez un leader religieux, le Cheick de Tanwalbougou. Les cinq autres auraient été torturés et abandonnés dans un état critique dans le village de Matiacoali, selon le CISC.

«Le motif des arrestations  n'est pas encore connu et rien n'a été notifié à leur famille», ajoute le collectif, en «interpellant les forces de défense et de sécurité à faire leur travail dans le strict respect des codes de la république car les exécutions extrajudiciaires sont indignes d'une armée républicaine» et en condamnant «avec la dernière énergie ces actes barbares dignes d'une attitude fasciste.»

Il n’y a pas encore de réaction officielle. 

Ce n’est pas la première fois que cette localité défraye la chronique. Dans la nuit du 11 au 12 mai 2020, 12 personnes ont trouvé la mort dans leur cellule alors qu’elles étaient en détention à la gendarmerie de Tanwalbougou pour suspicions de faits de terrorisme.

Les autorités avaient annoncé l’ouverture d’une enquête. «Les décisions seront prises sans état d’âme», avait promis le président du Faso.  

Huit des 12 personnes interpellées par la gendarmerie à Tanwalbougou pour des faits de suspicion de terrorisme ont ensuite été libérés

Alors que des défenseurs des droits de l’homme soupçonnaient une exécution sommaire, le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma affirmait qu’aucune «trace n’est visible» de balles n’a été retrouvé sur les corps des prévenus morts dans leur cellule à Tanwalbougou et qu'aucun élément matériel ne permettait de préciser la cause exacte des décès des 12 détenus.

Il précisait toutefois que, pour les besoins d’une enquête approfondie, le dossier sera transmis à la justice militaire.