Aujourd'hui,
URGENT
Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes accueillies dans 257 communes (gouvernement). 
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 

SOCIETE

Il y a eu des exécutions extrajudiciaires à Tanwalbougou, dans la région de l’Est du Burkina Faso, le 30 juin 2020. Ce c’est qu’affirme le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), qui relate que «certains éléments des forces de défense et sécurité (FDS) ont exécuté froidement 7 personnes sur les 12» qu'ils avaient «enlevées» la veille chez un leader religieux, le Cheick de Tanwalbougou. Les cinq autres auraient été torturés et abandonnés dans un état critique dans le village de Matiacoali, selon le CISC.

«Le motif des arrestations  n'est pas encore connu et rien n'a été notifié à leur famille», ajoute le collectif, en «interpellant les forces de défense et de sécurité à faire leur travail dans le strict respect des codes de la république car les exécutions extrajudiciaires sont indignes d'une armée républicaine» et en condamnant «avec la dernière énergie ces actes barbares dignes d'une attitude fasciste.»

Il n’y a pas encore de réaction officielle. 

Ce n’est pas la première fois que cette localité défraye la chronique. Dans la nuit du 11 au 12 mai 2020, 12 personnes ont trouvé la mort dans leur cellule alors qu’elles étaient en détention à la gendarmerie de Tanwalbougou pour suspicions de faits de terrorisme.

Les autorités avaient annoncé l’ouverture d’une enquête. «Les décisions seront prises sans état d’âme», avait promis le président du Faso.  

Huit des 12 personnes interpellées par la gendarmerie à Tanwalbougou pour des faits de suspicion de terrorisme ont ensuite été libérés

Alors que des défenseurs des droits de l’homme soupçonnaient une exécution sommaire, le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma affirmait qu’aucune «trace n’est visible» de balles n’a été retrouvé sur les corps des prévenus morts dans leur cellule à Tanwalbougou et qu'aucun élément matériel ne permettait de préciser la cause exacte des décès des 12 détenus.

Il précisait toutefois que, pour les besoins d’une enquête approfondie, le dossier sera transmis à la justice militaire.