Aujourd'hui,
URGENT
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  
Covid-19: la Banque africaine de développement accorde 27 millions de dollars à l’Union africaine pour renforcer l’Initiative de réponse. 

SOCIETE

Depuis le déclenchement des actions terroristes au Burkina Faso en 2015, le pays connait des courbes alarmantes dans le cycle de violences. La province du Soum selon ses ressortissants, est particulièrement affectée par le phénomène avec ses conséquences fâcheuses (nombreuses pertes en vies humaines, déplacements massifs de populations, blocage de la principale voie d'accès au chef-lieu de province etc.). Afin de contribuer au retour de la paix et la cohésion sociale, des fils et filles de la province sous l'initiative de Hamadoun Hamed Dicko, se sont réunis dans un cadre dénommé "Groupe d'action pour le Soum" afin de réfléchir, agir, accompagner et proposer des solutions aux institutions républicaines. Ledit groupe a été présenté à la presse ce jeudi 4 juin 2020 à Ouagadougou.


Selon Hamadoun Dicko, coordonnateur du GAS, les principaux secteurs de production (bétail, mines), sont très affectés. "Les mines sont à l'arrêt. Le marché de bétail qui était jadis le plus important du pays est réduit à sa plus simple expression", fait-il remarquer. Malgré la mobilisation des ressources (financières et matérielles) par l'Etat, le GAS estime qu'il faut agir et vite pour un retour rapide de la paix, la sécurité et de la cohésion sociale au Burkina en général et dans la province du Soum en particulier.

Pour y parvenir, le groupe qui a été créé le 20 avril 2020, entend donc créer un cadre crédible des ressortissants du Soum et de toutes autres bonnes volontés autour des préoccupations de la province ; mener des actions humanitaires et sociales au profit des populations éprouvées ; proposer des solutions pour le retour de la sécurité ; contribuer à une meilleure collaboration entre les Forces de défense et de sécurité et les populations locales ;  contribuer au retour des populations déplacées dans leurs localités respectives ; veiller au respect des droits de l'homme dans la lutte contre le terrorisme ; promouvoir la cohésion sociale.
En attendant d'autres bonnes volontés, le groupe dit avoir déjà mobilisé plus de 47 millions de francs CFA qui ont permis d'acheter des vivres et autres produits de première nécessité repartis aux 9 communes de la province. Il s'agit notamment de 40 tonnes de riz, 40 tonnes de petit mil, 20 tonnes de sucre, 4000 litres d'huile de consommation, 10 tonnes de sel, 1008 boules de savons, 2000 paires de chaussures, 200 complets de 3 pagnes et des produits pharmaceutiques d'une valeur de 646.200 FCFA.

En termes de perspectives, GAS envisage rééditer l'opération d'action humanitaire, formaliser le groupe et créer une synergie d'action avec toutes les associations travaillant pour l'intérêt de la province ; initier des actions de cohésion sociale ; faciliter la collaboration entre FDS et la population ; contribuer à la réinsertion socioéconomique des déplacés internes et travailler au développement économique et social de la province.