Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

SOCIETE

Il y a six ans, le corps sans vie de Salifou Nébié, juge au Conseil constitutionnel du Burkina Faso, était découvert à Saponé dans la nuit du 24 mai 2014. Six après, l’affaire est toujours entourée d’énormes zones d’ombre, d’autant plus que le juge Théophile Nana, qui était chargé de l’affaire, a lui aussi trouvé la mort dans des circonstances troublantes en décembre 2015. A travers cette déclaration, le Syndicat des magistrats du Burkina Faso (Samab) invite tous ceux qui détiendraient des informations et des éléments sur ladite affaire à accompagner la justice dans la quête de la vérité.

«Peuple burkinabè, 

Collègues et Camarades militants,

Cela fait déjà six ans que le juge NEBIE Salifou, juge au Conseil Constitutionnel Burkinabè trouvait la mort à Saponé dans la nuit du 24 mai 2014.

Les circonstances de cette mort nous indiquaient clairement que le décès de notre camarade était manifestement un homicide volontaire. Cette conviction sera renforcée par les constations médico-légales des médecins burkinabè qui ont suivi. 

Face au choc que cette disparition brutale a provoqué et pour donner plus de chance aux investigations d’aboutir, une autopsie était requise. Il vous souviendra que Stéphane CHOCHOIS, expert français, dans une démarche douteuse livrait des conclusions surprenantes, lesquelles étaient d’abord publiées dans les médias avant d’être communiquées au magistrat chargé de l’enquête. 

Il vous souviendra également que le juge NANA Théophile qui était chargé de l’affaire a trouvé la mort dans des circonstances troublantes en décembre 2015.

Ces rappels sont nécessaires pour comprendre la complexité du dossier NEBIE.

Peuple burkinabè, Collègues et Camarades militants.

Le dossier NEBIE est un dossier complexe dont la bonne conduite et la découverte de la vérité commande nécessairement la collaboration de tous.

Comme tous les crimes aux mobiles soupçonneusement politiques, leur élucidation requiert des moyens scientifiques appropriés, la contribution des citoyens témoins et des techniciens des affaires criminelles dévoués.

C’est la raison pour laquelle, à l’occasion de ce 6ème anniversaire, le SAMAB vous invite à une collaboration franche et sincère avec les personnes chargées de la conduite du dossier. Il invite particulièrement tous ceux qui détiendraient des informations et des éléments sur ladite affaire à accompagner la justice dans la quête de la vérité.

Le SAMAB interpelle également le Gouvernement sur la nécessité absolue de mettre tous les moyens appropriés à la disposition, non seulement, du juge d’instruction chargé de ce dossier mais aussi de tous les collègues de l’instruction qui, par manque de moyens, subissent les critiques de l’opinion sur la lenteur des procédures.

Pour l’histoire de notre pays, pour la dignité de la famille.

Pour un Burkina Faso démocratique, nous devons impérativement connaitre la vérité dans ce dossier.

Paix à l’âme du collègue et camarade NEBIE Salifou.»

 

Ouagadougou le 28 mai 2020

Le Secrétaire Général

Emmanuel Sidinyidé OUEDRAOGO