Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Le personnel médical du Burkina Faso va observer une grève de dix jours allant du mercredi 20 novembre au samedi 30 novembre  2019 si le ministère de la Santé ne respecte pas le calendrier d’application de la Fonction publique hospitalière qu’il a lui-même fourni et si les retenues «abusives» effectuées sur les salaires lors de la précédente grève ne sont pas rétablis. 

C’est le contenu d’un préavis signé par quatre syndicats (syndicat des médecins du Burkina Faso, le syndicat des infirmiers du Burkina, celui des sages-femmes et celui des administrateurs des hôpitaux) dont une copie est parvenue à Fasozine. 

Ces syndicats attendent des réponses «concrètes et diligentes» à leurs attentes soumises depuis le mois d’avril 2019. C’est une plate-forme de 12 points réclamant entre autres «la prise d’un acte règlementaire consensuel conformément à la lettre et à l’esprit de l’article 2 de la loi 057 portant Fonction publique hospitalière pour préciser les conditions d’exercices des enseignants-chercheurs, les hospitalo-universitaires, les chercheurs, les militaires et les paramilitaires dans les Etablissements publics de santé, ce qui permettra de sécuriser et de motiver cette catégorie d’agents»; l’élaboration et l’adoption en conseil des ministres des décrets de la loi 057 sur l’organisation du travail et la garde couchée et des autres décrets de la loi 057  etc. 

A cela s’ajoute «la régularisation des retenues sur les salaires des agents de santé et la restitution des retenues abusivement effectuées». 

Les quatre syndicats préviennent: «En cas d’insatisfaction à la fin de cette grève, nous nous réservons le droit de mener toutes les actions nécessaires pour l’aboutissement à des solutions à nos préoccupations urgentes pour une mutation profonde du système de santé au profit des populations». 

Rappelons que pour obtenir le respect du protocole d’accord sur la fonction publique hospitalière signé il y a plus d’un an avec le gouvernement, les syndicats du secteur de la santé multiplient les actions depuis avril 2019. Du mois de juillet  à octobre 2019, ils avaient suspendu certaines de leurs activités.  Le 28 octobre, ils avaient suspendu leur mouvement après une série de concertations avec le gouvernement pour, disent-ils, «marquer leur volonté et leur engagement à œuvrer pour un système de santé performant».