Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

Inhumation du juge Salifou Nebié/Aouaga.com

SOCIETE

Ceci est une déclaration du Syndicat autonome des Magistrats burkinabè (Samab),  à l'occasion de la 5ème date anniversaire « du décès tragique » du juge Salifou Nébié.

Au crépuscule du 24 mai 2014, notre camarade Salifou NEBIE, alors membre du Conseil constitutionnel, a été découvert sans vie sur la voie bitumée de Saponé, présentant des indices d'une mort particulièrement violente. Ce jour 24 mai 2019 est la cinquième date anniversaire que ce vaillant collègue et camarade de lutte nous a quitté dans des circonstances troubles non encore élucidées.

En ce jour anniversaire, le devoir de mémoire et de responsabilité nous interpelle. Nous exhortons à la justice burkinabè en tant que dernier Rampart de la société, de travailler à élucider les circonstances de ce crime, de communiquer sur l'état d'évolution du traitement de ce dossier et de faire jaillir la vérité. Nous ne pouvons oublier ce camarade dont la mort suscite de grandes interrogations et les constatations matérielles font penser à un ignoble assassinat. 

Au-delà du devoir de mémoire envers notre illustre camarade, le SAMAB, son syndicat, comme tout le corps de la magistrature attend que la vérité jaillisse et que justice lui soient rendues, ainsi qu'à sa famille. Ce qui est arrivé à notre camarade nous rappelle que notre métier nous expose à toutes sortes de menaces et qu'à l'état de victime, le magistrat subi la dure réalité de la justice qui est que l'arrivée au verdict ne dépend pas que de la seule volonté du juge. En tout état de cause, une chose est certaine et nous ne cesserons de le répéter: quelqu'un a ôté la vie à notre camarade et cette personne ou ces personnes courent toujours. 

Le SAMAB, en cette cinquième date anniversaire du décès tragique de notre collègue et camarade Salifou NEBIE, invite les collègues en charge du dossier, de communiquer à l'opinion nationale et internationale, l'état d'évolution des enquêtes parce que le silence tue les dossiers qui durent en instruction. Camarade Salifou NEBIE, repose en paix car nous continuons le combat pour que vérité et justice te soient rendues et que Dieu console ta famille et tous ceux qui t'ont porté dans leur cœurs.

Le Secrétaire général 

Emmanuel S. Ouédraogo