Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

SOCIETE

Le tribunal correctionnel de Ouagadougou statuant en premier ressort a condamné ce vendredi 21 juillet 2017, Sayouba Zidwemba allias Will Télécom à 3 ans de prison ferme avec une amende de 1,5 millions de F CFA. Il était poursuivi de complicité de falsification de documents informatisés et de recel dans l’affaire dite CBAO portant sur une extorsion de fonds estimés à plus d’un milliard de F CFA. Deux autres écopent de la même peine : il s’agit de Tapsoba Christian dit Goroko et Alexandre Hossou. 

Ce vendredi 21 juillet 2017, le tribunal correctionnel de Ouagadougou a situé les sorts des 14 personnes qui étaient inculpées dans l’affaire des piratages des comptes de la CBAO à Dakar au Sénégal. Les prévenus étaient poursuivis pour complicité de falsification de documents informatisés, de complicité d’escroquerie et de recel. A l’issue du délibéré, le juge a décidé de la relaxe au bénéficie du doute du sieur Hamidou Zongo et Morou Kiendrébéogo pour les faits à eux reprochés. Hors mis les deux personnes acquittées, le tribunal a reconnu la culpabilité des douze autres.

Trois accusés écopent de la plus lourde sanction : 3 ans de prison ferme et une amende de 1,5 millions de F CFA. Il s’agit de Sayouba Zidwemba dit Will Télécom, poursuivi de complicité de falsification de documents informatisés et de recel, Christian Tapsoba dit Goroko uniquement pour complicité de falsification de documents informatisés et Alexandre Hossou pour faux, usage de faux, complicité de falsification de documents informatisés et de tentative de recel.

Huit prévenus ont écopé d’une condamnation ferme de 2 ans et d’une amende d’un million de F CFA : François Xavier Kaboré, Tony Kahzem, Jean Jacques Evrard Zoungrana, Mahamoudou Kaboré, Hamadoun Hama Djiga, Natis Robins Sayech, ZaKaria Sanfo et Issa Bamba. Le dernier prévenu en la personne de Samuel Poda écope pour sa part de 18 mois de prison ferme et d’une amende de 500 mille F CFA.

Par ailleurs, tout en recevant la constitution de partie civile de la banque CBAO, le tribunal a condamné 9 prévenus à rembourser à la banque les différentes sommes qu’ils ont eu à retirer sur les comptes CBAO.  Will Télécom par exemple devra rembourser à la banque la somme de plus de 67 millions de francs CFA qu’il a retiré courant mars 2017. Le tribunal correctionnel de Ouagadougou a également condamné  les 12 prévenus reconnus coupables pour les faits à eux reprochés à payer solidairement à la banque CBAO la somme de 10 millions de francs CFA au titre de la réparation  du préjudice moral. Aussi ils devront versés solidairement à la banque la somme de 10 millions au titre des frais du procès.

Me Flore Toé, l’un des conseils de Sayouba Zidwemba, qui s’est dit surpris par cette condamnation, a indiqué qu’elle allait interjeter appel. Quant à Me Issa Diallo, conseil de la banque, cette décision du tribunal est très satisfaisante.

«   Nous sommes satisfaits. Voyez vous on ne peut pas tout obtenir parce que nous sommes en matière judiciaire. Le juge n’est pas dans la poche de chacun tout comme le juge ne peut pas apprécier le préjudicie moral de quelqu’un. Donc il reste au juste milieu. Si les prévenus font appel, et que le procureur fait appel, nous ferons aussi appel pour demander l’augmentation de nos dommages et intérêts » a fait savoir Me Issa Diallo.

En rappel, l’histoire remonte courant mars. L’établissement bancaire CBAO (Compagnie bancaire de l'Afrique occidentale, Ndlr)  dont le siège est à Dakar au Sénégal,  aurait été victime d’une cyber-attaque. Et le préjudice subi serait de 1,8 milliards de F CFA. Au Burkina Faso, plusieurs entrepreneurs et hommes d’affaires seraient mêlés à cette affaire dont  Sayouba Zidwemba, dit « Will Telecom » et Christian Alassane Tapsoba allias « Goroko » et 12 autres personnes. Ces présumés complices auraient reçu sur leur compte CBAO des sommes allant de 47 à plus de 60 millions de FCFA provenant de transaction « douteuse » selon le parquet.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé