Aujourd'hui,
URGENT
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)
11-décembre: "je renouvelle mon appel à une trêve sociale et à une union sacrée autour des FDS pour vaincre le terrorisme"(Roch Kaboré) 
Politique: le candidat du CDP pour la présidentielle de 2020 connu d'ici le 31 janvier prochain
Algérie: les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal condamnés pour corruption
Burkina: le gouvernement et le MCC ont signé le 6 décembre 2019 à Ouagadougou l’aide-mémoire du second compact
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 

POLITIQUE

A partir du 1er novembre 2019, dans trois jours précisément, le Burkina Faso va basculer dans la Télévision numérique de terre(TNT). Dès cette date, le signal de l’analogie sera coupé au profit de celui du numérique.

Pour évoquer une fois de plus la question, le ministre en charge de la Communication, porte-parole parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou a reçu des journalistes de la RTB télé et radio dans la soirée du mardi 29 octobre 2019.

Face aux hommes des médias, il a notamment expliqué les enjeux du passage à la télévision numérique et lancé un message aux médias burkinabè.

Passage obligé pour l’ensemble des pays, la TNT demeure, dit-il, une chance pour les médias burkinabè d’avoir des contenus de qualité et diversifiés, avec des options de couverture nationale ou régionale du territoire sans oublier le passage à la 4G.

Pour accompagner les médias qui auraient pu faire face à des grosses sommes d’argent pour le financement, le gouvernement burkinabè, appuyé par ses partenaires, a consenti de nombreux efforts.

En termes de chiffres, un média qui envisage une couverture intégrale du territoire aura à débourser annuellement 75 millions de FCFA. Pour ce qui est des couvertures régionales, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso se distinguent des autres régions. Pour la diffusion à Ouagadougou, la présence d’un média sur la TNT lui coûtera 40 millions de FCFA l'an tandis qu’à Bobo-Dioulasso, il aura à payer 20 millions de FCFA. Et c’est ainsi dégressif en fonction de la taille de la zone de diffusion.

Les médias confessionnels ou communautaires, quant à eux, pourront bénéficier de réduction de 20% sur les montants imposés aux autres types de médias.

Pour permettre à la SBT de fonctionner correctement et d’assurer la continuité de son service, Rémis Dandjinou a invité les médias à respecter leurs engagements.

Il les a également exhortés à s’investir dans la production de contenus de qualité et attractifs afin de gagner la bataille du contenu liée à la concurrence du numérique.

DCPM/Ministère de la Communication et des

Relations avec le Parlement 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé