Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

©présidence du Faso

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience hier soir, une délégation du Haut Conseil du Dialogue social (HCDS), conduite par son président, Domba Jean-Marc Palm qui a remis le rapport d’activités 2018-2019 de son institution.

Les activités du HCDS durant cette période sont articulées autour de trois axes, selon Domba Jean-Marc Palm. il y a eu d’abord un partage d’expériences avec les organisations de même statut dans la sous-région, ensuite la formation et la sensibilisation des membres de l’institution, enfin la médiation dans des secteurs en crise : il s’agit de la poste, des transports, du mouvement d’humeur des gestionnaires des ressources humaines, de l’environnement, des bâtiments et travaux publics (BTP) et de la santé.

Pour M. Palm, l’objectif du HCDS consiste à amener les gens à se parler afin de trouver des solutions dans l’intérêt général. « Tant qu’on ne parle pas, tant qu’on ne dialogue pas, il n’y a pas de solutions. Ça peut prendre du temps, parce que chacun défend ses intérêts. Il faut que nous arrivions à rapprocher les différentes positions, pour que nous regardions dans le même sens, en ayant pour objectif principal l’intérêt général » a-t-il expliqué.

Cependant, le président du HCDS, a déploré l’état d’esprit après l’insurrection, qui complique la médiation. « Parfois les positions se crispent. Il faut arriver à décrisper les positions et amener les gens à s’asseoir et à discuter. Il faut qu’on écoute le point de vue de chacun, et trouver le juste milieu qui satisfait tout le monde » a conclu le président du HCDS.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir