Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

image d'archives

POLITIQUE

La Nouvelle alliance du Faso  a affirmé le vendredi 13 septembre, que si le général Djibrill Bassolé, condamné en début septembre à 10 ans de prison fermes, «meurt, ce serait un assassinat politique prémédité», car il a besoin d’une évacuation sanitaire en Turquie. Une dépêche de l'AIB.

«Le refus de permettre à un quelconque prisonnier soit-il Djibrill Bassolé ou pas, souffrant de grave maladie, d’avoir des soins médicaux appropriés à son mal est, une privation de son droit à la santé, une torture, un acte délibéré de cruauté, un assassinat politique prémédité», a déclaré le secrétaire exécutif de la NAFA, Mamoudou H. Dicko. M. Dicko s’exprimait sur la «situation inquiétante» de Djibrill Bassolé qui, selon lui, s’est vu opposer un refus du ministre de la Défense, malgré la non objection du tribunal militaire pour son évacuation en Turquie.

«Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré est le seul à détenir entre ses mains la vie de Djibrill Bassolé. Nous en appelons à son humanisme», a précisé Mamoudou Dicko.

Toutes les voix de recours ont été épuisées, selon les responsables de la NAFA qui demandent au président en tant que garant de l’unité et de la cohésion nationale de «donner une chance à Djibrill mourant mais dont la maladie est curable, de rester en vie ». «Il ne faut pas tirer sur l’ambulance», a lancé Aziz Dabo, secrétaire exécutif adjoint. «Evitons que le pire n’arrive. Il faut sauver sa vie coûte que coûte. Aujourd’hui c’est Bassolé et demain ?», a soutenu la présidente des femmes de la NAFA Assita SANOU.

En avril 2019, Djibrill Bassolé, avait été évacué pour des soins en Tunisie. Rentré le 5 mai dernier, il devait repartir en Turquie pour poursuivre son traitement. Depuis lors, selon la NAFA, le ministre de la Défense Chérif Sy refuse de lever l’arrêté d’assignation pour son évacuation. L’opposition politique au cours du dialogue politique national, tenu du 15 au 22 juillet avait fait un plaidoyer pour demander son évacuation.

Mardi 10 septembre, sa fille Yasmine Bassolé a lancé un cri de cœur dans les médias pour interpeller les autorités sur l’état de santé «dégradé», de son père depuis son retour en prison.

Djibrill Bassolé, ancien ministre des Affaires étrangères et premier général de gendarmerie du Burkina Faso, a été condamné à dix ans de prison fermes pour son implication dans le putsch manqué de septembre 2015. En résidence surveillé, il a été reconduit à la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (MACA), après le verdict du tribunal militaire le 2 septembre passé.

Agence d’information du Burkina

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir