Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

POLITIQUE

La direction d’un parti politique, c’est son bureau national. Après s’être conformé aux injonctions du Tribunal de première instance de Ouagadougou qui a demandé au Bureau politique national du parti le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de se conformer aux règlements et statuts qui limite ses membres à 600, les premiers responsables du parti de l’ex parti au pouvoir se rencontre ce dimanche 1er septembre 2019 à Ouagadougou pour non seulement sortir une résolution des décisions prises par l’ancien BPN, mais aussi de définir les orientations du BPN et définir les critères et conditionnalités pour la candidature à la prochaine présidentielle.

Les grandes questions qui seront abordées au cours de cette 65e session ordinaire du CDP selon son président Eddie Komboïgo, sont entre autres, les conditionnalités de candidatures aux prochaines échéances électorales mais aussi des grandes questions qui divisent le parti. «Toutes les questions politiques doivent être résolues à l’intérieur du parti et on n’a pas besoin de justice pour cela», a laissé entendre Eddie Komboïgo pour qui, il se présenter en justice pour régler les problèmes à l’intérieur du parti, donne l’impression qu’on a envie de faire retarder le parti dans son fonctionnement.
«Même tous ceux qui sont sorties et qui étaient au Mouvement du peuple pour le progrès sont entrain de revenir. Il n’y a pas de raison que de petits frondeurs ne reviennent pas. Le peuple burkinabè connaitra le CDP d’ici le mois de décembre 2019 parce que tous les partis politiques seront cassés pour rejoindre le CDP», affirme Eddie Komboïgo.

Pour le premier responsable du CDP, toutes les agitations connues au sein du parti n’étaient qu’une tempête dans un verre d’eau. Du reste, Eddie Komboïgo demande aux «frondeurs» de retirer leur plainte en cours pour se joindre à la famille CDP. A l’occasion de cette 65è session ordinaire du parti, l’on a remarqué la présence de l’ancien maire de Bobo-Dioulasso, Salia Sanou, Léonce Koné, Achille Tapsoba, le député Alfred Sanou, Blaise Sawadogo et des anciens Premiers ministres sous le régime Blaise Compaoré tels que Paramanga Ernest Yonli etc. Toutefois, il faut noter l’absence de l’ancien Premier ministre et actuel candidat à la présidentielle, Kadré Désiré Ouédraogo.   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé