Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

©Burkina 24

POLITIQUE

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) était en meeting le samedi 22 juin 2019 à Manga dans la province du Zoundwéogo. Ce meeting a servi de cadre pour le président du parti, Eddie Komboigo d’expliquer d’abord les remous qui secouent le parti et à contre-attaquer ses détracteurs qui, 48 heures avant le meeting lors d’une conférence de presse, demandaient sa démission.

C’est une foule qui, malgré la pluie, est venue écouter le message du président du parti de «l’épi et de la daba» ce samedi à la Place de la nation de Manga. Cette mobilisation a permis au président Eddie Komboigo de jauger sa côte de popularité dans la Cité de l’Épervier lui rassurant ainsi que «cette mobilisation témoigne de la solide implantation du CDP à Manga».

Il n’est pas allé du dos de la cuillère pour faire savoir à ses militants des discordes qui règnent au sein du parti. «Depuis quelques mois, certains cadres du parti à travers les médias et les réseaux sociaux sèment la zizanie dans notre parti. Le président Eddie que je suis et la direction sont la cible de nombreuses attaques et accusations sans aucun fondement. Mais, je ne profiterai pas de cette belle tribune pour me défendre encore moins descendre dans la boue pour me battre contre des camarades qui ont choisi des méthodes qui appartiennent à une époque à jamais révolue pour se faire entendre» a expliqué Eddie Komboigo aux militants qui dit être instruit par le président d’honneur du CDP de veiller sur un certain nombre de points fondamentaux: la cohésion, la discipline, le respect des statuts et le règlement intérieur. 

Il trouve déplorable le comportement de ses camarades qui ont «choisi d’étaler les divergences internes du parti sur la place publique». Pis, ajoute-t-il,  «ils ont choisi de trainer le CDP en justice pour la première fois de son histoire sans n’avoir même pas débattu de leurs idées dans les cadres statutaires de notre parti».

Rétablir la vérité

Accusé de refuser le dialogue et vouloir imposer son point de vue, Eddie Komboigo répond par la négation et affirme que, lors de son discours tenu au 7ème congrès extraordinaire en 2018, il a appelé à l’unité du parti et selon lui, «de par sa volonté, il a inscrit tous ceux qui ne l’ont pas voté dans le bureau exécutif national. La question querellée étant le nombre du bureau politique national, il a indiqué qu’une résolution a été prise au sortir du 7ème congrès ordinaire pour mandater le BEN de composer le BPN qui est limité à 600 membres. «Le point fait, le point de ceux qui existaient comme membres du BPN dépassait largement les 600. C’est donc avec l’accord de tous y compris nos camarades qui ont esté le parti en justice» a fait savoir le président M. Komboigo.

L’accusant de se porter candidat du parti aux élections de 2020, Eddie Komboigo a fait savoir qu’il «ne peux se permettre de violer les statuts du parti car, une disposition des statuts énonce les conditions dans lesquelles s’effectue la désignation des candidats aux différents scrutins électoraux. Mais, qu’à cela ne tienne, il soutient que, «nul ne peut le denier le droit d’être candidat à la candidature du parti à l’élection présidentielle le moment venu». «Si l’hypothèse d’être le futur candidat du CDP en 2020 trouble tant le sommeil de certains, alors ils continueront d’avoir des insomnies» a-t-il lancé. Aussi, le président du Haut conseil du CDP, Maurice Traoré de soutenir que Eddie Komboigo est «le candidat naturel du CDP». «Nous avons un président du parti, c’est lui qui doit être notre candidat. Même si lui-même ne le dit pas, je vous dis qu’il sera notre candidat» avance M. Traoré. 

Concernant la démission de Eddie Komboigo des instances du parti comme le demandent ses «détracteurs», l’intéressé a souligné «qu’ils perdent leur temps et qu’il ne démissionnera pas». «Allez leur dire qu’ils perdent leur temps. Allez leur dire qu’Eddie Komboigo ne démissionnera pas. Allez leur dire que j’ai pris l’engagement de ne déposer ce bâton de commandement du CDP que le jour où je trouverai le retour du fondateur de notre parti dans des conditions honorables au Burkina Faso» a-t-il déclaré en les invitant à revenir «ardemment» se ranger pour «qu’ensemble ils mènent le combat de la reconquête du pouvoir par le CDP en 2020».

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir