Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

©Dr

POLITIQUE

Le dimanche 9 juin dernier, près de cent civils ont été tués dans le village de Sobane au Mali et une vingtaine de personnes tuées dans une attaque dans la commune rurale d’Arbinda au Burkina Faso. Dans cette déclaration, Federica Mogherini, la Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, vice-présidente de la Commission européenne, demandent aux autorités des deux pays de redoubler leurs efforts pour assurer la protection des populations.

"Près de cent civils ont été tués ce dimanche par des groupes armés dans le village de Sobane, dans le centre du Mali. Le même jour, une vingtaine de personnes ont été tuées lors d'une attaque dans la commune d'Arbinda, dans le nord du Burkina Faso. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes, ainsi qu'aux peuples et aux gouvernements malien et burkinabé.

Ces exactions contre des populations peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Des enquêtes doivent être conduites immédiatement et les auteurs doivent être traduits devant la justice dans les meilleurs délais. Face à cette montée de la violence à l’encontre des populations civiles, il est urgent que les autorités maliennes et burkinabés redoublent leurs efforts pour assurer la protection des populations et s’engagent dans la mise en œuvre de processus de dialogue et de réconciliation avec toutes les communautés. Un processus de désarmement et le démantèlement de l’ensemble des milices et des groupes d’autodéfense qui sévissent dans ces régions doit également être engagé d’urgence.

L’Union européenne continuera de soutenir le Mali et le Burkina Faso et se tient au côté de toute la région du Sahel pour contribuer à la paix, la sécurité et la satisfaction des besoins des populations."

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir