Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a échangé ce mardi 17 janvier 2017 avec une délégation de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso (FAIB), conduite par El hadj Abdramane Sana, sur les préoccupations de la FAIB.


Cette audience intervient après le retrait du très controversé projet de loi portant liberté religieuse au Burkina Faso. Ce projet de loi, on s’en rappelle, avait suscité une levée de bouclier du côté des associations islamiques qui avaient demandé son retrait, estimant que «l’application en l’état du projet de loi, va réduire la liberté de conscience et de culte telle que reconnue par notre constitution, avec très probablement des conséquences dommageables sur le vivre ensemble apprécié de tous au Burkina Faso».

Les représentants de la FAIB avaient dans la foulée été reçus par le ministre en charge des cultes, Simon Compaoré, qui les avait assuré que «le gouvernement a demandé, dès la conférence des présidents de l’Assemblée nationale, le retrait dudit projet de loi de l’ordre du jour de la session extraordinaire afin d’approfondir les concertations avec tous les acteurs concernés.»

C’est donc pour «remercier le président du Faso pour l’ensemble des faveurs faites à la communauté musulmane et notamment le retrait du projet de loi sur les libertés religieuses», qu’une délégation de la faitière des associations islamiques s’est rendue au palais présidentiel ce mardi, selon le porte-parole de la délégation, Cheick Sidi Mohamed Koné.

«Il a eu la grande sagesse et l’intelligence de retirer ce projet de loi au nom de la paix et de la stabilité de ce pays. Nous tenions à le remercier pour cette clairvoyance qui va certainement apaiser le climat social au niveau du Burkina Faso», poursuit M. Koné.

La délégation de la FAIB a évoqué avec le président la question de la laïcité,  les musulmans du Burkina souhaitant «une laïcité qui puisse garantir la paix entre les différentes communautés religieuses de ce pays. Et renforcer le vivre ensemble exemplaire que nous avons dans ce pays».

Elle en profité pour poser le cas des écoles medersa confrontées à un certain nombre de difficultés, et souhaité la voix des musulmans soit entendue dans le processus d’élaboration de la Constitution. «Sur toutes ces questions, nous avons eu des réponses très satisfaisantes», assure Cheick Sidi Mohamed Koné.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir