Aujourd'hui,
URGENT
Nécro: le célèbre saxophoniste camerounais Manu Dibango (86 ans) s’est éteint mardi, de suite de Coronavirus.
Coronavirus: le Niger a enregistré jeudi 19 mars 2020 son premier cas d'infection (ministère de la Santé du Niger). 
Coronavirus: le parlement burkinabè suspend les plénières à l'hémicycle jusqu'au 1er avril 2020.         
Covid-19: une quinzaine de députés français sont contaminés à ce stade. Ce chiffres est peut-être sous-estimé. 
Coronavirus: le Bénin enregistre son premier cas: un Burkinabè arrivé au Bénin le 12 mars 2020.
Covid-19: les syndicats suspendent la marche meeting du 17 mars, mais maintiennent la grève générale du 16 au 20 mars. 
Coronavirus: 15 cas avérés détectés au Burkina Faso à la date du 15 mars 2020 (ministère de la Santé). 
Covid-19: le gouvernement ferme les écoles du Burkina du 16 au 31 mars 2019. 
Mali: la Canadienne Edith Blais et l’Italien Luca Tacchetto enlevés au Burkina Faso en 2018 retrouvés vivants près de Kidal (Minusma). 
Coronavirus: un troisième cas avéré au Burkina Faso, 7 prélèvements en attente de résultats (ministre de la Santé)

POLITIQUE

Placée sous le thème « galvaniser les actions politiques pour accélérer l’élimination des mutilations génitales féminines en Afrique d’ici à 2030 », la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines organisée par l’Union africaine (UA)  se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre 2018. Les grandes lignes de cette rencontre ont été exposées ce vendredi 19 octobre 2018 par Ursule Viviane Taro, représentant la  ministre burkinabè en charge de la Femme. 

C’est au regard de l’expérience dans le domaine de la promotion de l’élimination des mutilations génitales féminines que l’Union africaine  en partenariat avec le programme conjoint UNFPA-Unicef pour l’élimination des mutilations génitales féminines (MGF) , a désigné le Burkina Faso  lors d’une conférence internationale au Maroc en 2017, pour abriter une conférence de haut niveau sur ce « fléau ». 

79  cas de mutilations génitales féminines ont été enregistrés  au cours du mois de septembre 2018. Pour Nafissatou Diop, coordonnatrice du programme conjoint UNFPA-Unicef pour l’abandon des MGF : « la mutilation est vue par les poches  de résistance comme une norme sociale. Pour les amener à changer de mentalité, il faut proposer une autre norme,  celle de maintenir la fille sans excision et leur présentant le côté positif plutôt que celui négatif».

Selon Ursule Viviane Taro, chef de département chargé des questions juridiques et des relations avec les acteurs,  cet événement  a pour but de consolider l’engagement politique mondial, de  renforcer l’action nationale et de planifier des stratégies spécifiques pour construire un vaste mouvement en faveur de l’élimination des MGF.  «Elle se veut également un cadre d’échanges avec les partenaires y compris ceux de la commission africaine d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant, du comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants ainsi que de l’union européenne » a-t-elle ajouté.

Sur quatre jours, cette conférence se déroulera en deux phases. La première sera consacrée à un dialogue politique les 22 et 23 octobre. Elle  réunira 300 participants, venus des pays d’Afrique, d’Europe, d’Amérique, de l’Indonésie et du Yémen, dont des épouses de chefs d’Etat, des membres de gouvernement chargés de la problématique des MGF, des représentants d’ONG et d’associations internationales partenaires du programme conjoint et de l’Union africaine.

La seconde phase à savoir le dialogue technique qui se tiendra les 24 et 25  octobre sera réservée  aux échanges entre  experts. Il s’agira de partager les bonnes pratiques et de redéfinir de nouvelles stratégies et perspectives pour atteindre des objectifs escomptés d’ici à 2030. Il est à noter que 34 pays  prendront part à cet événement  et selon les conférenciers du jour, cette conférence mettra le Burkina Faso sous les projecteurs de la scène internationale en tant que leader dans le domaine de la lutte contre les MGF.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Lors d'un échange direct avec les femmes venues des 13 régions du Burkina le 8 mars 2020 à Ouagadougou, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé que le prochain gouvernement sera composé de 30% de femmes. Selon vous, c'est une décision:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé