Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

MONDE

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son ancien ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé acquittés  le 15 janvier dernier, seront en liberté mais ils ne n’ont pas l’autorisation de rentrer en Côte d’Ivoire. Selon la Cour pénale internationale, ils seront confiés à un Etat qui serait en mesure de les accepter sur son territoire dans l’attente d’être rejugé par la Chambre d’appel.

La Chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a ordonné ce vendredi 1er février, la mise en liberté conditionnelle de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo et de, Charles Blé Goudé acquitté par la chambre de première instance. Les deux accusés seront confiés à un Etat qui serait en mesure de les accepter sur son territoire, et mettre en œuvre les conditions qui seront précisées ultérieurement par l'arrêt, a fait savoir le président de la Chambre d'appel, le Nigérian Chile Eboe-Osuji. Ils devront attendre dans un pays hôte, leur jugement en appel tel formulé par le bureau du procureur.

Laurent Gbagbo, âgé de 73 ans, et Charles Blé Goudé étaient tous deux accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont plaidé non coupable.

 

Source: Sputnik

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé