Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération

ENVIRONNEMENT

Lancée en juillet 2019, l’opération 10.000 plants du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) se poursuit. Le vendredi 18 octobre 2019, la commune de Koubri a reçu son lot d’arbres de la part du FPDCT. 1000 au total, a mise en terre de ces arbres a été faite par autorités politico-administratives, responsables du FPDCT, journalistes et avec la participation des élèves et des agents de santé de la localité.


A ce jour, ce sont plus de 8.000 plants qui ont été mis en terre par le FPDCT. Mais selon le directeur général de la structure, Bruno Dipama, ce nombre n’est pas encore satisfaisant par rapport aux objectifs de l’opération. L'opération prévoit en effet, la plantation de 10.000 arbres afin de reverdir le Burkina Faso.

Si dans les autres communes, le fonds permanent a constitué des bosquets, les autorités communales de Koubri ont opté pour une répartition du nombre de plants entre les écoles et les Centres de santé et de promotion sociale (CSPS). A cet effet, Bruno S. Dipama se veut on ne peut plus clair sur la question de la responsabilité : «la responsabilité incombe aux responsables des sites. Nous avons voulu également amener les plus jeunes à comprendre l’importance pour un homme de planter un arbre. Pour ce qui est de l’entretien, nous tenterons dans la mesure du possible d’accompagner les autorités communales mais également les responsables au niveau du lycée afin qu’à la prochaine campagne, les arbres que nous avons pu mettre en terre que nous puissions les trouver vivants.»

Pour sa part, le proviseur dudit lycée, François de Paule Yambressinga, a donné l’assurance pour un meilleur entretien de ces plants : «Nous allons veiller à ce que ces arbres soient bien protégés et arrosés pour qu’ils grandissent. Nous vous invitons l’an prochain à venir vous reposer sous l’ombre de ces arbres.»

Après le lycée départemental, cap a été mis sur l’école primaire publique Kuiti de Koubri. Les hôtes du jour ont achevé leur tournée par le site du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Koubri où diverses espèces de plants ont été mises en terre. Et pour l’infirmier chef de poste, Eloi Bayala,  c’est le comité de gestion qui s’occupera du suivi et de l’entretien de ces plants. Une initiative saluée à sa juste valeur par le maire de la commune, Marcel Zoungrana, qui a remercié le Fonds. Car pour lui,  planter un arbre, c’est comme mettre au monde un enfant.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé