Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

ENVIRONNEMENT

Faire barrière aux organismes génétiquement modifiés (OGM) en général et au projet de moustiques génétiquement modifiés en phase d’expérimentation dans le cadre de la lutte contre le paludisme, tels ont été les objectifs de la marche-meeting organisée le samedi 2 juin 2018 par le Collectif citoyen pour l’agroécologie (CCAE). Ce rendez-vous de Ouagadougou est le deuxième du genre, après celui organisé en 2015. L’occasion fut saisie pour le collectif d’attirer l’attention du gouvernement, par la remise d’un mémorandum au ministère de l’agriculture.  

A travers les slogans scandés et les différentes banderoles aux mains des manifestants, le message de cette marche était assez clair. « Nous comptons interpeller les autorités burkinabè sur le danger de l’aventure dans laquelle le Burkina est en train de se lancer », a déclaré Blandine Sankara, coordinatrice du collectif, organisateur de la marche. Celle-ci ne manque pas de préciser : « Après le coton OGM, on passe à l’alimentaire avec le niébé BT et au sanitaire avec les moustiques génétiquement modifiés. Nous nous demandons quels peuvent être les impacts de tout cela ».

Après avoir arpenté des artères de la ville de Ouagadougou (de la place de la Nation au rond-point des Nations-Unies)  le porte-parole du collectif, Ali Tapsoba a remis un mémorandum au ministère en charge de l’agriculture. Selon M. Tapsoba, ce document remis aux autorités politiques contient, entre autres,  leurs inquiétudes sur les OGM. Mais aussi, il s’agit d’une interpellation avec des démonstrations scientifiques à l’appui, sur les dangers auxquels sont confrontées les populations.

A en croire Ali Tapsoba, dans la mesure où « les autorités burkinabè envisagent sérieusement l’introduction du niébé BT, cela va engendrer une dépendance des communautés de base (…) les multinationales qui vont mettre la toxine dans ce BT vont contrôler la technologie et elles vont les vendre aux communautés de base ». A l’instar de ses compagnons de lutte, le porte-parole du CCAE en appelle à « plus de responsabilité ». « Nous ne pouvons pas laisser des apprentis sorciers continuer à mener des expérimentations hasardeuses et coûteuses, aux conséquences improbables pour l’homme, les animaux et l’environnement », a-t-il martelé.

Cette marche meeting a connu la participation de délégations ivoiriennes, béninoises, maliennes, sénégalaises et françaises.      

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé