Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Bamory Ouattara remplace Nabi Issa Coulibaly à la tête de La Poste (conseil des ministres). 
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 

©Premier ministère

ECONOMIE

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu ce mardi 5 novembre 2019 en fin de matinée, une équipe du Fonds monétaire international (FMI). Celle-ci est venue faire au Chef du Gouvernement, le point de la troisième revue du programme économique et financier du Burkina Faso. A l’issue de l’audience, le chef de mission du FMI pour le Burkina Faso, Calixte Ahokpossi, a révélé que notre pays a enregistré une performance satisfaisante sur ce programme et présente de bonnes perspectives pour l’année prochaine.

« Nous sommes ici dans le cadre de la troisième revue du programme économique et financier du Burkina Faso, supportée par la Facilité Elargie de Crédit (FEC) du FMI. Ce programme, approuvé en mars 2018, est pratiquement à mi-parcours de son application. Nous sommes venus faire le point avec le Premier ministre, sur les dernières évolutions et les perspectives », a déclaré Calixte Ahokpossi, le chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) pour le Burkina Faso, ce mardi 5 novembre 2019, à sa sortie d’audience avec le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré.

De l’avis de M. Ahokpossi, notre pays a enregistré une performance globalement satisfaisante sur ce programme triennal 2018-2020. « Si on regarde par exemple la croissance économique, elle demeure résiliente, en dépit de la situation sécuritaire difficile que le Burkina Faso traverse », a-t-il souligné, avant de préciser que le taux de croissance du pays tourne autour de 6% en 2019. Par ailleurs, le chef de mission du FMI a annoncé que l’inflation au Burkina Faso est négative cette année, ce qui est une bonne nouvelle, selon lui. En effet, a-t-il expliqué, cette situation est favorable pour le pouvoir d’achat des populations, parce que les prix à la consommation baissent.

L’exécution budgétaire au Faso est aussi satisfaisante, à en croire les experts du FMI. Selon eux, le déficit budgétaire du pays tournera cette année, autour de 3%, qui correspondent aux critères de convergence que les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) se sont fixé.

Comme perspectives, on retient avec les envoyés du FMI, que la croissance va demeurer autour de 6% en 2020. Le chef de mission, Calixte Ahokpossi, se réjouit du fait que le gouvernement a fait beaucoup d’efforts pour renforcer les investissements. Il a laissé entendre que les prix vont demeurer également modérés, parce que l’inflation au Burkina Faso et dans la zone UEMOA n’est pas forte. Il a enfin soutenu que les différentes mesures envisagées par le gouvernement, déclinées dans la loi de finances en discussion au Parlement, vont soutenir l’activité économique au Burkina Faso.

DCI/PM

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé