Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

CULTURE

Parcours Form'action est une initiative qui vise à accompagner des praticiens des arts du spectacle venant de plusieurs régions du Burkina Faso en leur faisant bénéficier des expériences acquises dans les différentes pratiques artistiques par les compagnies membres de la Fédération du Cartel. Il s'agit des marionnettes, jeu d'acteur, mise en scène, histoire du théâtre, administration culturelle, scénographie, etc. La restitution de cette formation de deux mois a été faite le 28 février 2020 au Théâtre soleil de Ouagadougou.


La spécificité de cette formation entièrement financée par le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT), est qu'elle s'adresse exclusivement aux femmes praticiennes. L'objectif selon Ildevert Meda (l'un des formateurs), est de donner un cadre d'expression à ces femmes artistes qui se retrouvent dans un milieu majoritairement dominé par les hommes. Toute chose qui tends à les garder à l'ombre de ceux-ci malgré leur talent.

Il s'est agit essentiellement de les doter des notions techniques aux pratiques des arts de la scène sur les modules tels que l'utilisation des objets au théâtre ; la voix et l'expression de soi ; la dramaturgie et l'improvisation ; le théâtre de mouvement et le théâtre corporel ; l'initiation à la création à travers la mise en scène basée sur la situation dramaturgique etc. Ce sont au total, 10 femmes qui ont pris part à cette formation que Albertine Koama, actrice comédienne, qualifie de très fructueuse. "Il est toujours important de bénéficier des expériences des autres et c'est pour cela que je n'ai pas hésité à prendre part à cette formation. Nous avons beaucoup reçu durant ces deux mois de formation et j'espère pouvoir le rendre sur les planches", témoigne celle qui est sortie de l'espace culturel Gambidi avec une Licence en arts vivants.

Un public acquis à la cause

Le spectacle témoin plonge le spectateur dans  l'environnement des conditions de la femme et le souhait d'un moment paisible et radieux de l'orpheline. Dans cette pièce, Biba (une orpheline), se retrouve dans une famille d'accueil. Malheureusement,  son bienfaiteur qui n'est autre que le mari de sa bienfaitrice abuse d'elle et l'enceinte. Heureusement, pour elle, la maitresse de maison au lieu de se débarrasser de la pauvre Biba, l'accepte comme coépouse.

Au-delà de l'émotion que suscite cette pièce faite de rebondissements à couper le souffle, le public et les différents formateurs se disent satisfaits des jeux des acteurs qui ainsi, pourront désormais exprimer leur talent dans ce conglomérat des arts vivants dominé par la gente masculine. De quoi satisfaire Alassane Boudaogo, représentant le Directeur général du FDCT. "Au regard de la qualité de la pièce qui nous a été présentée ce soir, j'avoue que je suis vraiment satisfait. C'est la preuve que l'initiative d'accompagner de tels projets est noble et nous ne pouvons que féliciter les différents formateurs pour la qualité de leur travail mais également les différents acteurs pour leur implication à faire renaitre le théâtre burkinabè", s'est réjoui M. Boudaogo.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir