Aujourd'hui,
URGENT
Turquie: plusieurs maires pro-kurdes arrêtés pour «terrorisme»
Kongoussi: neuf civils tués à Zoura (AIB)
France: les juges antiterroristes ont terminé leur enquête sur le 13-novembre
Football: les Étalons locaux sont qualifiés pour le CHAN 2020 après leur match nul (0-0) contre le Ghana
Burkina: plus de 800 mille personnes affectées par l'insécurité (gouvernement)
Bobo Dioulasso: 2 morts et 6 blessés dans l’effondrement d’une structure dans une usine
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad

CULTURE

La restitution de la deuxième session du projet «Hors limites» est intervenue le samedi 21 septembre 2019 au Centre de développement chorégraphique la termitière. Ont pris part à cette 2e session du projet qui a débuté le 9 septembre, 40 réfugiés provenant des différents camps de réfugiés de Djibo et de Dori (Région du Sahel).

Hors limite se veut « un temps de respiration, d’ouverture, de découverte » pour ces jeunes qui vivent en vase clos dans les camps de réfugiés. Et c’est dans cette optique, que durant deux semaines, la cuvée de cette seconde session a appris l’art de la musique et de la danse. 

« Ils ont pendant deux semaines travaillé à renforcer leurs capacités en tant que danseurs et en tant que jeunes dynamiques pleins d’énergie. Ils ont pu vraiment nous montrer sur la scène combien ils étaient enthousiastes d’être dans ce projet et à participer à cette aventure humaine, une aventure de solidarité, de respiration. C’est ce qu’il faut retenir avec ce projet. (…) Ce soir, ils ont donné de l’émotion au public qui est venu les voir » a fait savoir Salia Sanou, directeur artistique du projet. Le spectacle d’une trentaine de minutes présenté au public était porteur d’un message : l’espoir.

Cette deuxième session intervient après la première qui s’est tenue du 20 juillet au 3 aout 2019. La restitution finale est prévue pour décembre 2019. Mais en attendant, 16 jeunes réfugiés de Hors limites participeront au festival « Rue dance » à Niamey au Niger. Notons que le projet se déroule au Burkina et au Niger sous la houlette du CDC et de l’association Nèma.

 « Hors limite » est exécuté sous la direction artistique de Salia Sanou et Maman Sani. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le Burkina Faso accueille plus de 23 000 réfugiés maliens qui vivent dans deux camps regroupés de la région du Sahel et à proximité. 

Cette soirée a été également l’occasion pour les jeunes danseurs de la 3e promotion du programme Yeelen Don de présenter au public la restitution de leur atelier de danse sous la houlette de Marius Sawadogo.

« Durant les deux semaines, nous avons travaillé sur l’espace scénique et l’espace dans le corps. On a  essayé de se poser la question sur l’espace que l’on utilise. On utilise à tout temps le terme diagonal mais on ne se pose pas souvent la question de savoir si la diagonale peut elle se trouver dans le corps ou seulement dans l’espace scénique. On a aussi étudié l’aspect de continuité du mouvement dans le corps qu’on appelle l’adage » a expliqué Marius Sawadogo, lui-même issu de la première promotion du programme Yeelen Don. Ledit spectacle d’une vingtaine de minutes a été accueilli chaleureusement par le public. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé