Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

CULTURE

Le viol et l’inceste sont des crimes punis par les différentes lois en vigueur. Un seul hic demeure : les victimes de ces agressions sexuelles  sont marquées à vie et souvent ont peur d’en parler pour éviter le regard de la société. Mais pour le chorégraphe Seydou Boro, il faut en parler pour que ces victimes soient soulagés et essayent d’oublier ces moments horribles. « Kotéba» est sa dernière création chorégraphique et au cours d’une quarantaine  de minutes, par des mouvements synchronisés du corps, il en parle sans tabous, torse nu et en tunique rouge, symbole fondamental du principe de vie.

L’avant-première de cette création hautement orchestrée est prévue les 13 et 14 septembre 2019 à Anvers en Belgique. Mais avant ces dates, le chorégraphe a présenté un avant gout de « Kotéba» au public ouagavillois. C’était le samedi 3 août dernier au Centre de développement chorégraphique (CDC), la termitière.

« Coté bas parle d’un rituel. Ce rituel se veut un moment où on se raconte des choses. Et dans ce rituel, je parle du viol et de l’inceste car dans nos sociétés comme celle du Burkina, certains pensent que ça n’existe pas alors que cela existe bel et bien. Donc je voulais mettre l’aiguille sur la plaie pour qu’on en parle. Il y a de nombreuses personnes qui subissent cela mais qui se taisent. Cette thématique me tenait à cœur et il fallait que l’on mette cela sur la place publique » a fait savoir Seydou Boro.

Pour le chorégraphe, le viol par exemple est prescrit sur une période de 10 ans en règle générale. Ce qui est frustrant pour le chorégraphe qui estime que la victime vivra éternellement avec le mal. « Mon ami fait l’amour avec sa femme mais ils ne sont jamais deux. Ils sont trois car à jamais il y a toujours la présence d’une troisième personne, l’ombre du violeur est quasi-permanente » raconte l’auteur de Kotéba dans la création. Il estime qu’il y a des responsables et ces derniers doivent répondre.

Après l’avant-première en septembre prochain en Belgique, le public burkinabè pourra redécouvrir le rituel de Seydou Boro au cours du Festival Dialogues de corps.

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé