Aujourd'hui,
URGENT
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)
11-décembre: "je renouvelle mon appel à une trêve sociale et à une union sacrée autour des FDS pour vaincre le terrorisme"(Roch Kaboré) 
Politique: le candidat du CDP pour la présidentielle de 2020 connu d'ici le 31 janvier prochain
Algérie: les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal condamnés pour corruption
Burkina: le gouvernement et le MCC ont signé le 6 décembre 2019 à Ouagadougou l’aide-mémoire du second compact
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 

CULTURE

L’atelier Afrique en couleurs du Burkina Faso, le Centre soleil Afrique et la Galerie Médina du Mali, organisent «Les pinceaux de l’intégration», un projet qui a pour objectif de renforcer l’éducation de la jeunesse africaine en général et particulièrement celle de la femme en matière artistique et interculturel à travers l’art visuel. Ledit projet a été présenté à la presse le 3 juin 2019 à Ouagadougou.


«Les pinceaux de l’intégration» se veut être un exemple réussi d’intégration sociale, économique, intercommunautaire d’une part, et sous régional d’autre part. Un projet qui selon l’artiste plasticienne Ahoua Yaméogo, première responsable de l’atelier Afrique en couleurs, a retenu l’attention de Culture at work africa et l’Union européenne dans le cadre d’un premier appel à projet qui a concerné toute l’Afrique, dont 15 dossiers de 12 pays sélectionnés.

Le projet vise la prévention et la résolution des conflits par l’art visuel entre les communautés maliennes et burkinabè. Ainsi dans un élan commun, des artistes plasticiens maliens et burkinabè à travers leurs créations sur le thème «Consolidation sous régionale et genre par l’art visuel», échangeront avec les populations pour promouvoir la paix et l’acceptation interculturelle. «Le souhait à travers ce projet, est de permettre aux artistes, d’apporter leur contribution à la forme de résilience aux problèmes que vivent nos deux pays par rapport à l’insécurité et aux conflits intercommunautaire», explique Prospère Tiendrébéogo, commissaire du projet. 

Il comporte trois grandes étapes. Notamment l’organisation d’une résidence d’artistes dans chacun des deux pays du 10 au 20 juin 2019, suivi d’un vernissage le 21 juin à l’Espace Gambidi de Ouagadougou. La résidence d’artistes de Bamako au Mali se tiendra quant à elle, à la Galerie Médina. Elle réunira trois artistes burkinabè et maliens du 17 au 27 juin et s’achèvera également par un vernissage le 28 juin. Durant cette période, les artistes partageront leurs expériences avec des écoliers et des enfants défavorisés.

Du 15 octobre au 2 novembre 2019, l’organisation d’une caravane d’intégration sous régionale composée d’experts de l’art, de professeurs, de journalistes et d’acteurs culturels, qui vont parcourir six grandes villes de Ouagadougou jusqu’à Bamako. Durant une quinzaine de jours, cette caravane fera des expositions-ventes, des podiums d’animations humoristiques et musicales, respectivement à Ouagadougou, Koudougou, Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), Sikasso, Bougouni et Bamako (Mali).

Le clou des activités consistera à l’organisation d’un symposium atelier international à Bamako. Prévu à Bamako en novembre 2019, ce symposium regroupera deux artistes de renom du Burkina, trois experts de l’art d’Afrique et cinq autres invités du Mali, autour de la thématique de l’intégration culturelle en Afrique. Selon Ahoua Yaméogo, une retenue sera faite sur les œuvres qui seront vendues lors des différents vernissages au profit des orphelins des Forces de défense et de sécurité.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé