Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

CULTURE

«Neerem» est une marque de vêtements et de produits cosmétiques qui se veut ambassadrice de la mode burkinabè. A base du «Luili pendé» et du bogolan, la marque vient en plus et non en trop puisque c’est un rêve aligné aux idées qui permettent d’apprécier la finesse de cette approche de Natacha Sawadogo/Nombré, la promotrice. La marque a été officiellement lancée le 1er juin 2019 à Ouagadougou à travers un défilé de mode.

«Beauté» en langue mooré, «Neerem», c’est aussi la beauté des tissus de choix entre la soie, la mousseline, les stretchs aux couleurs et motifs personnalisés, des approches singulières et uniques, le reflet de la joie mais aussi du bonheur pour célébrer le plaisir et le bonheur de s’habiller. «Neerem», ce sont également des produits cosmétiques, des rouges à lèvre qui selon sa promotrice, peuvent tenir plus de 24h, le tout dans le respect de la santé de l’utilisateur et aussi des formules bien choisie assez nourrissantes et aussi des faux cils pour sublimer la beauté de la femme.

La collection «Revisite» qui a servi de prétexte pour la présentation de Neerem à travers ce défilé, est une redécouverte du «Luili pendé» et du bogolan à travers des couleurs tendance et colorant. Une création chic et glamour que Natacha Sawadogo a proposé à travers plusieurs tableaux. «Pour un début, j’ai choisi une collection féminine et avec le temps, je vais intégrer les vêtements pour homme.» Un rêve qui est soutenu et accompagner par Nadège Diarra Lompo, marraine de l’évènement. «Je suis déjà habillée en Neerem et j’espère qu’il plaira à tout le monde», fait remarquer la marraine. Tout en indiquant que Neerem entend refléter l’élégance et la beauté de la femme, Nadège Lompo a invité les Burkinabè et les populations du monde entier à s’approprier cette marque qui espère-t-elle, grandira en âge et en sagesse. A l’occasion, le premier rouge à lèvres de la marque Neerem a été vendu aux enchères à 100.000 FCFA.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé